mardi 16 avril 2013

Présentation d'un possible personnage.

J'ai toujours habité en campagne, à 5 kilomètres d'une forêt. Mon père y est mort en chassant lorsque j'avais 15 ans. Ma mère et moi sommes restés seuls durant encore 3 années, au terme desquelles je suis parti vivre en métropole après avoir décroché tant bien que mal un Bac en comptabilité. Elle ne s'est jamais vraiment rendue compte de mon absence : elle et moi ne nous voyions que rarement, car elle consacre tout son temps à son boulot.

Je porte principalement des chemises blanches et des costumes, étant employé dans une grande société de courtage en assurances.
Mes journées sont assez stables. Je me lève le matin à 7h30 afin de prendre une douche de 10 minutes, de boire un café (décaféiné, mon cardiologue me déconseille l'alcool et les excitants) et d'aller chercher un croissant chaud à la boulangerie d'en face (pour cela, entre autres, mon appartement est parfaitement situé). J'arrive ensuite au boulot à 8h30, je dis bonjour à la jeune fille de l'accueil qui remarque à peine mon existence, j'attends pendant 5 minutes que mon vétuste ordinateur de bureau daigne s'allumer et je m'attaque enfin à ma pile de dossiers qui ne semble jamais dégrossir. À 10h, nous avons droit à 15 minutes de pause durant lesquelles tout le monde discute des soirées de folies qu'il ne passe pas, et lorsque chacun est rassuré sur la qualité de son existence, tous reprennent le boulot. Pause dîner à 12h30, qui me laisse assez de temps pour aller chercher un sandwich à 20 pas de l'immeuble. La vendeuse de la sandwicherie sourit toujours en me voyant arriver et me gratifie tous les midis d'un "Bon appétit" lorsque je sors de l'établissement. Je dirais que je lui plaît si elle ne le faisait pas à chaque client. À 13h30 pétantes, repu, je reprends mon travail où je l'avais laissé, jusqu'à 17h30, heure au-delà de laquelle je ne suis pas payé. Une fois rentré chez moi je retire mes vêtements et prends à nouveau une douche de 10 minutes. Je n'ai pas de télé ou de console de jeux vidéo. Je n'en veux pas.

En sortant de ma douche, j'enfile un T-shirt, une chemise colorée, et un jeans troué. Je rentre dans ma voiture avec un appareil photo au cou et je commence à rouler quelques kilomètres à travers la ville, la campagne, et enfin la nature sauvage. Je grimpe un léger relief du paysage, que j'ai appelé le "Mont des lumières", et j'attends, un mug de thé vert en main, la tombée de la nuit. Je passe alors des heures à contempler le ciel étoilé et à en prendre des photos. Toutes les questions du monde passent alors par ma tête, avant de s'effacer et laisser place à une grande plénitude. Ma tête se vide et mon corps se répand sur le sol. Chacun de mes soucis s'écoule de moi et vient se piéger dans les aspérités de la pierre sur laquelle je suis allongé... Une fois 2 heures du matin passées, je me relève et retourne silencieusement dans mon appartement de métropole, afin de préparer mon corps à une nouvelle journée de travail.

Je n'ai pas d'ami, une piètre relation avec mon dernier parent encore en vie, aucune femme dans ma vie, un patron qui ne retient de moi que l'argent que je lui rapporte et des collègues étrangement banals. Mais je suis heureux, car toutes les nuits j'existe à travers l'Univers et son silence.
Cliquez pour bonheuriser   ©Ben Canales – à Mont Hood, Oregon.

2 commentaires:

  1. Captivant...Vraiment !
    Je suis un grand lecteur de lulu et je suis membres d'une association de jeunes ecrivains
    Et ton recit est tres interessant, je te felicite vraiment !
    Est-ce un recit ou une nouvelle ?
    Souhaite tu le continuer ou est-ce ephemere ?
    Si tu le continue j'attend avec impatience la suite....
    Desole de pas etre passe plus tot..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime parfois écrire une introduction à un personnage, voire des morceaux d'histoire sans contexte, mais je ne les continue jamais. J'aime surprendre les petits morceaux de vie de personnages inconnus, et les laisser après retourner dans le mystère, à la merci de l'imagination du lecteur. Je ne pense pas être fait pour écrire une véritable histoire. Peut-être m'y essaierai-je un jour, mais l'idée ne m'attire pas plus pour l'instant. J'aime l'art éphémère.

      Supprimer

Dis-moi ce que tu désires, la seule règle est *le respect*.
Merci pour ta contribution!